Le feu est une autre qualité de certains mouvements. Quiconque sait combien il est important de savoir maitriser le feu comme la notion de désir qui lui est corrélée. L’entretien de ce feu, c’est un peu comme l’entretien de la vie. Un juste milieu entre « Ne pas l’éteindre » et « ne pas le laisser s’embraser».  

J’aimerais vous faire partager mes impressions quant à la manière dont les philosophies occidentales et orientales abordent ce feu de la vie et le désir.

 

Par exemple, pour Aristote, la vie de l’homme s’inscrit dans une recherche permanente et ultime du bonheur : Rectangle à coins arrondis: «Tout être tend vers le bien, le bien ultime, la fin des fins de l’homme est le bonheur »
 

 

Platon complète en définissant le bonheur vis-à-vis de la satisfaction des désirs :

Rectangle à coins arrondis: «L’amour est désir et le désir est manque » (le banquet)
»
Rectangle à coins arrondis: «Ce qu’on a pas, ce qu’on est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir »
»
Puis Kant s’exprime en ces termes :

Rectangle à coins arrondis: «Le bonheur, c’est la satisfaction de tous nos penchants »
»

Sartre ajoute que la plaisir anéanti le
désir :
Rectangle à coins arrondis: «Le désir est manque, le plaisir est la mort et l’échec du désir »  (l’être et le néant)»
Si bien que Pascal, décrit parfaitement le cercle vicieux qui s’y met en place : Rectangle à coins arrondis: «Ainsi nous ne vivons jamais, nous espérons de vivre, si bien que nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais »
Ce qu’a traduit Woody Allen en plus court : Rectangle à coins arrondis: «Qu’est ce que je serais heureux, si j’étais heureux »
Shopenhauer positionne 2 constantes à la vie : la souffrance et l’ennui :
Souffrance parce ce que je souffre de ne pas avoir ce que je désire et ennui parce que je ne désire plus ce que je possède.
Ainsi il semble que le seul moyen d’atteindre le bonheur, c’est d’arrêter d’espérer l’atteindre. C'est-à-dire arrêter le cercle vicieux décrit par Spinoza :

Rectangle à coins arrondis: «L’amour est une joie qu’accompagne l’idée d’une cause extérieure »

Rectangle à coins arrondis: «Il n’y a pas d’espoir sans crainte, ni de crainte sans espoir»

Et en cherchant, plus vers l’orient, Nagarjuna nous donne une piste en prônant que le meilleur moyen d’atteindre la béatitude est de considérer que l’on y est déjà :
Rectangle à coins arrondis: «Tant que tu fais une différence entre le Nirvana et le Samsara, tu es dans le Samsara»
Et finalement Lao Zi résume parfaitement le chemin à suivre : Rectangle à coins arrondis: «La seule façon d'accomplir est d'être» Rectangle à coins arrondis: «L'homme suit les voies de la Terre, la Terre suit les voies du Ciel, le ciel suit les voies de la Voie, et la Voie suit ses propres voies.»

Le feu est nécessaire. Le désir est, sans nul doute, nécessaire à la vie. Mais un feu trop intense non maitrisé va du cœur vers le haut et entre dans un processus d’entretien de l’intensité de ce feu aidé par un mental de moins en moins apte au bon jugement.

Dct Liu Dong insiste sur l’importance de diriger le feu du cœur vers le Dan tien inférieur, passage obligé vers la « voie du calme ».

L’un de ses enseignements dans la pratique d’une posture intitulé « les 1000 mains de Bouddha » est spécifiquement efficace pour calmer le cœur, lui permettre de retrouver sa noblesse, son ouverture.

Cette méditation enclenche un processus bienfaisant :

-          Chasser la souffrance

-          Renforcer l’énergie

-          Chasser les énergies perverses

-          Favoriser la prière.

« 1000 mains de Bouddha » constitue une méditation composée d’une succession de Mudra.

L’intention portée sur la position des doigts déverrouille la pensée. Chacun d’eux est associé à une qualité du cœur (sagesse, intelligence, force mentale, persévérance, stabilité, enseignement, …). Ils en sont les ambassadeurs.

On retrouve les principaux mudras sur les statues représentant Bouddha.

 Bhumisparsa mudra

L’appel de la terre, prendre la terre (la mère) à témoin.

Après avoir surmonté le désir, le plaisir et la passion, Bouddha prend la terre à témoin de son illumination et de son engagement.

 

Dharmachakra mudra

Mise en route de la Roue de la Loi  du dharma.

Le dharma fait référence globalement à la loi universelle et plus spécifiquement dans le bouddhisme à l’enseignement du fonctionnement du monde et de l’esprit.

Dhyana mudra

Mudra de la méditation, de la concentration sur le dharna.

Lorsqu’un bol est posé sur les mains, il s’agit du bouddha de la médecine. Parfois les pouces se touchent et forment un triangle symbole du feu spirituel. La main droite posée dans la main gauche forme le sens de l’énergie masculine (l’inverse pour l’énergie féminine).

Abhaya mudra

Mudra de protection.

Il exprime l’absence de crainte, l’apaisement, la bienveillance.